Les bienfaits de l'allaitement maternel pour bébé

LES BIENFAITS POUR LE BÉBÉ

Certains de ces bienfaits sont valables dès la première goutte de lait, d'autres à partir de plusieurs semaines ou mois d'allaitement.

Mais surtout, ne vous mettez aucune pression ni aucun objectif de durée ! Allaitez tant que vous en avez envie et tant que cela reste un plaisir pour vous.
Même avec un biberon, vous êtes et resterez toujours la meilleure des mamans pour lui : ne l'oubliez pas !

DÉFENSES IMMUNITAIRES

Si vous le pouvez (et même si vous ne souhaitez pas allaiter par la suite), au sein, à la pipette ou à la cuillère, proposez à votre nouveau-né votre tout premier lait. Il sera un véritable cadeau pour lui.

En effet, ce lait jaune-orangé appelé "colostrum" est très hydratant et bourré de protéines.

Véritable vaccin pour bébé, il tapissera les parois de son estomac et de ses intestins pour les protéger des méchantes infections virales et bactériennes.

Sources :
Le colostrum: premier lait maternel, « première vaccination de l'enfant »

Le lait maternel présente une très grande diversité microbienne et de nombreuses communautés bactériennes qui seront extrèmement favorables à la santé intestinale de bébé. Certains appellent d'ailleurs le lait maternel « engrais du microbiote ».

Et visiblement, plus l'alimentation de la maman est variée et diversifiée, mieux c'est !

Sources :
ALLAITEMENT MATERNEL: Ses bonnes hormones font le bon microbiome
ALLAITEMENT: Le microbiome du lait maternel détermine le microbiote de l'enfant

Immunoglobulines, cytokines, protéines aux capacités antimicrobiennes, hormones, oligosaccharides... On a tendance à l'oublier mais le lait maternel contient de très très nombreuses molécules, et toutes vivantes !

Dès la naissance et tout au long de l'allaitement, sa composition (très complexe) évolue et s'adapte en continu aux besoins de bébé pour veiller à la construction de son système immunitaire et stimuler sa croissance.

Sources :
ALLAITEMENT: Les bébés nourris au sein ont un système immunitaire plus sain
LAIT MATERNEL: Une biologie unique qui façonne l'immunité du bébé
Les propriétés anti-infectieuses du lait maternel vues in vitro

De récentes études confirment qu'un allaitement exclusif de 6 mois réduit de 19% les risques de leucémie chez l'enfant. Cette réduction reste tout de même de 11% pour un allaitement plus court et ce quelle qu'en soit sa durée.

Sources :
ALLAITEMENT MATERNEL: La meilleure des protections contre la leucémie infantile
L'allaitement maternel prolongé réduit-il le risque de leucémie et de lymphomes infantiles ? (en anglais)

L'allaitement maternel prévient des risques de gastro-entérite.

Et si bébé connait des épisodes de vomissements et diarrhées aigües (pour cause de gastro ou autre), inutile de recourir à un quelconque médicament ! L'allaitement sera alors efficace et devra même être intensifié pour soigner (le lait deviendra alors médicament naturel grâce aux anticorps de la maman) et veiller à la bonne hydratation du petit malade.

Enfin, il est peu fréquent qu'un bébé allaité souffre de constipation.

Sources :
Rôle de l'allaitement maternel dans la prévention et le traitement de la diarrhée (en anglais)
L'allaitement réduit la fréquence et la durée des infections respiratoires aiguës et de la diarrhée chez les nourrissons de moins de six mois (en anglais)
Allaitement et gastro
AA 58 : Selles du bébé allaité

Dès le premier mois d'allaitement, un bébé est moins sujet à développer des otites. Comme souvent, plus l'allaitement est prolongé, plus les risques sont réduits.

Sources :
Moins d'otites grâce à l'allaitement
L'allaitement maternel et les résultats en matière de santé maternelle et infantile dans les pays développés (en anglais)
L’otite
ALLAITEMENT MATERNEL: Il réduit aussi les infections ORL chez l'enfant

Bonne nouvelle ! Alors que les allergies, notamment respiratoires, sont de plus en plus courantes, il a été confirmé que trois mois d’allaitement maternel exclusif peuvent protéger l'enfant durant six ans des risques d’allergies infantiles.

Intéressant : une autre étude démontre qu'un allaitement exclusif d'un mois contribue à réduire les risques d'allergie aux animaux de compagnie chez le bébé allaité (en cas de présence de ces animaux à la maison).

Sources :
ALLAITEMENT maternel EXCLUSIF jusqu'à 6 mois réduit le risque d'asthme
Rôle de l'allaitement maternel dans la prévention primaire de l'asthme et des maladies allergiques (en anglais)
L'ALLAITEMENT MATERNEL réduit de 22% le risque d'asthme pour l'Enfant
L’ALLAITEMENT MATERNEL exclusif réduit le risque d'allergie
ALLAITEMENT MATERNEL: Nouvelles preuves de sa contribution à l'immunité du bébé

Selon une étude récente, un allaitement exclusif de trois mois réduit de moitié les risques pour bébé de développer un eczéma plus tard à l'âge de 6 ans.

Sources :
ALLAITEMENT MATERNEL exclusif vs eczéma

FONCTIONS CARDIAQUES, CÉRÉBRALES & MUSCULAIRES (PSYCHOMOTRICITÉ)

Argument important dans le cas des bébés prématurés, le cerveau d'un enfant nourri au lait maternel sera plus développé et robuste.

Cela s'explique notamment grâce à la richesse naturelle du lait en omega-3, fondamentaux durant la période charnière de développement du cerveau de l’enfant.

Sources :
LAIT MATERNEL: Il booste le développement du cerveau chez le prématuré
La durée d'ALLAITEMENT conditionne la taille du cerveau de l'Enfant
ALLAITEMENT: Des Omega 3 à profusion dans le lait maternel

De nombreuses études ont suivi pendant plusieurs années des enfants allaités.

Elles semblent aujourd'hui confirmer qu'un allaitement exclusif (même de quelques mois) peut être associé à de meilleures performances cognitives, un meilleur QI, de meilleurs résultats scolaires... chez l'enfant de 7 à 10 ans.

Sources :
Un composant du lait maternel favorise le développement cognitif du bébé
La durée de l'allaitement est associée à des améliorations spécifiques au domaine des performances cognitives chez les enfants de 9 à 10 ans (en anglais)
PRÉMATURITÉ: Le lait maternel vital pour le développement et les fonctions cérébrales

L'allaitement maternel demande une importante gymnastique musculaire de la part de bébé au niveau de sa mâchoire et des muscles faciaux.

Les orthodontistes s'accordent ainsi à dire que l'allaitement maternel permet un développement harmonieux du visage de l'enfant et suppose moins de problèmes d'orthodontie et d'élocution plus tard.

Sources :
DA 42 : Allaitement et développement des structures faciales
L'allaitement maternel bénéfique pour la mâchoire du bébé
Comment l’allaitement façonne le visage du bébé

Là aussi, parce que très fragiles, les bébés prématurés sont tout particulièrement concernés.

Un allaitement maternel exclusif semble être l'un des meilleurs moyens de favoriser le bon développement de la structure du coeur et des fonctions cardiaques du bébé, et ce sur le long terme.

Sources :
L'allaitement protège le cœur des bébés prématurés
PRÉMATURITÉ: Rien ne vaut le sein pour le cœur du bébé

BESOINS NUTRITIONNELS & ALIMENTATION

On ne le sait pas forcément mais il est inutile de donner de l'eau à un bébé allaité en été. Tout est prévu !

La composition du lait de la maman s'adapte en permanence aux besoins de bébé, à son âge, son sexe, son état de santé, à la température extérieure, à l'alimentation de la maman, son état de santé...

Malgré ce qui est dit, il est donc impossible de reproduire la composition du lait maternel puisque, encore une fois, celle-ci change tout le temps !

Sources :
Composition du lait maternel

C'est donc pour cette raison que l'Organisation Mondiale de la Santé (OMS) recommande aux mamans, lorsque cela est possible, de poursuivre un allaitement exclusif (rien d'autre que du lait maternel, pas même de l'eau !) jusqu'aux 6 mois de bébé, période à laquelle pourra commencer la diversification alimentaire.

Sources :
Recommandations de l’OMS en matière d’alimentation du nourrisson
Jusqu'à quel âge les besoins nutritionnels du nourrisson sont-ils couverts par l'allaitement ?

Comme ça a été le cas pendant neuf mois via le liquide amniotique, il a été démontré qu'avec l'allaitement, le goût et l'odeur des aliments pouvaient aussi être retrouvés et identifiés par bébé dans le lait de sa maman deux heures après que celle-ci les ait consommés.

L'allaitement permet ainsi de faire découvrir des goûts variés (comme l'ail, la vanille, l'amertume, l'acidité...) au nourrisson dès les premiers jours. Mais, on s'en doute, les saveurs sucrées restent tout de même ses préférées !

Certaines études affirment ainsi que les enfants allaités accepteront plus tard, même à l'âge adulte, une plus grande variété d'aliments.

Sources :
L'alimentation maternelle altère les qualités sensorielles du lait maternel et le comportement de la nourrice (en anglais)
Transfert différentiel des composés aromatiques alimentaires dans le lait maternel humain (en anglais)
Le développement du goût chez l'enfant
Caractéristiques sensorielles du lait maternel: association entre l'alimentation des mères et le lait pour un goût amer (en anglais)

Grâce notamment aux nombreux enzymes qu'il fournit, le lait maternel se digère plus facilement et plus vite que le lait artificiel.

De plus, la richesse de la composition du lait maternel protège les intestins et le tube digestif. Il réduit ainsi les risques de maladies inflammatoires de l’intestin comme la Maladie de Crohn ou les colites.

Sources :
L'ALLAITEMENT MATERNEL protecteur contre les troubles intestinaux sévères
Revue systématique avec méta-analyse: l'allaitement et le risque de maladie de Crohn et de rectocolite hémorragique (en anglais)

L'allaitement maternel supposant des selles moins abondantes et irritantes, le bébé allaité est naturellement moins sujet à l'érythème fessier (plaques rouges généralement localisées sur les fesses, les cuisses, les organes génitaux et le bas du ventre de bébé).

Cette réaction est généralement favorisée par l'environnement chaud et humide existant sous la couche.

Sources :
L’érythème fessier du nourrisson

Une fois bébé né, l'alimentation variée de la maman allaitante continue de participer chez lui à la prévention des intolérances alimentaires.

Une étude évoque même l'efficacité du lait maternel contre les risques d'intolérance au gluten.

Sources :
Effet de l'allaitement maternel sur le risque de maladie cœliaque: revue systématique et méta-analyse d'études observationnelles (en anglais)
AA 81 : Allergies et allaitement
Le passage des allergènes dans le lait maternel

De multiples études s'accordent sur le fait que l'allaitement maternel (parfois même sans condition de durée minimum) a des effets bénéfiques sur la prévention des diabètes de type 1 et 2 chez le bébé.

Aussi, lorsqu'il est poursuivi au moins 4 mois, il protège de manière significative le bébé des risques de développer un diabète à l'âge adulte.

Sources :
L'allaitement protège le risque de diabète chez les jeunes adultes: une étude longitudinale (en anglais)
Diminution du risque de diabète pour l'enfant qui a été allaité, quelques études
Une DIVERSIFICATION ALIMENTAIRE combinée à l'allaitement maternel réduit le risque de diabète
Conséquences à long terme de l'allaitement maternel sur le cholestérol, l'obésité, la pression artérielle systolique et le diabète de type 2 (en anglais)

Grâce à une diversité entretenue et développée par un allaitement maternel exclusif, la flore intestinale des bébés allaités est idéalement préparée à l'étape de transition du lait aux aliments solides à 6 mois.

Ils sont ainsi moins sujets aux douleurs d'estomac et aux coliques à cette période.

Sources :
ALLAITEMENT MATERNEL: Il prépare l'intestin de bébé aux aliments solides

SOMMEIL

L'allaitement maternel (et d'autant plus s'il est exclusif) réduit de moitié les risques liés au syndrome de mort subite du nourrisson et ce tout au long de la petite enfance.

Sources :
L'allaitement réduit-il le risque de syndrome de mort subite du nourrisson ? (en anglais)
Allaitement maternel et risque réduit de mort subite du nourrisson : une méta-analyse (en anglais)
Le partage du lit ou de la chambre, l’allaitement maternel et le syndrome de la mort subite du nourrisson

Qu'on se le dise, l'idée qu'un bébé nourri au biberon dorme mieux et fasse plus rapidement ses nuits est un mythe ! Des études ont montré que le mode d'alimentation choisi pour un bébé n'a aucune incidence sur son nombre de réveils nocturnes.

En revanche, un bébé qui pourra dormir contre le sein de sa maman (en respectant certaines recommandations) n'aura pas besoin de se réveiller pour manger (puisque le sein sera en permanence à disposition) et accordera ses cycles de sommeil avec ceux de sa maman.

Sources :
Sommeil du nourrisson et habitudes d'alimentation nocturne pendant la petite enfance : association avec la fréquence de l'allaitement maternel, l'apport alimentaire complémentaire pendant la journée et le poids du nourrisson (en anglais)
Le rôle possible des nucléotides du lait maternel comme inducteurs du sommeil (en anglais)

COMPORTEMENT & CONDITION PHYSIQUE

Selon une étude finlandaise, les bébés allaités pourraient devenir plus tard des adultes plus apaisés, moins stressés, coléreux et irritables.
Une chouette évolution pour les générations futures ! ;-)

Sources :
ALLAITEMENT: Des bébés allaités au sein font des adultes plus apaisés

Une étude américaine a visiblement établi un lien entre les possibles ronflements bruyants et persistants d'un bébé et les troubles comportementaux (hyperactivité, troubles de l'attention, voire dépression) qu'il pourrait développer plus tard, à l'âge préscolaire.

Aussi, cette même étude a démontré qu'un allaitement maternel exclusif, notamment sur une longue durée, peut protéger le bébé contre ce type de ronflements.

Sources :
DÉVELOPPEMENT: Ronflements bruyants chez l'enfant et troubles du comportement

Un allaitement exclusif prévient des risques d'obésité infantile, argument particulièrement important pour les bébés issus de grossesse diabétique.

L'allaitement régule en effet l'évolution de l'indice de masse corporelle (le fameux IMC) de l'enfant tout au long de son développement.

Sources :
L'ALLAITEMENT MATERNEL réduit le risque d'obésité infantile

Bienfait en lien avec le précédent, les risques réduits d'obésité infantile et les contacts fréquents et rapprochés avec leur maman pendant les tétées supposeraient plus tard chez ces enfants une meilleure autonomie, estime d'eux-mêmes et par conséquent une meilleure adaptation sociale et comportementale..

Sources :
Influence de l’allaitement sur le développement psychosocial
Allaitement maternel et lien d’attachement

Une récente étude a établi un lien direct entre allaitement maternel et développement de la force musculaire dès l'adolescence.

Sources :
L'ALLAITEMENT MATERNEL favorise (aussi) la condition physique à l'adolescence


Blog VanillaMilk
Les bienfaits de l'allaitement maternel pour la maman

LES BIENFAITS POUR LA MAMAN

Et oui, on ne le dit pas assez mais allaiter présente également des avantages (non négligeables) pour la maman allaitante.
** IMPORTANT : Les durées indiquées peuvent correspondre à plusieurs allaitements cumulés. **

A COURT & MOYEN TERMES

L'allaitement maternel , avec sa sécrétion "boostée" d'ocytocine, favorise les contractions utérines qui suivent l'accouchement et aide par conséquent l'utérus à retrouver sa taille, sa tonicité et sa position d'origine.

Sources :
L'ocytocine : son rôle lors de l'accouchement et l'allaitement

Une étude a démontré que suite à l'accouchement, une mise au sein rapide et fréquente de l'enfant diminue la quantité de perte de sang durant la période de rétablissement et de surveillance de la jeune maman.

Sources :
L'effet de l'initiation précoce de l'allaitement maternel sur le montant de la perte de sang vaginal au cours de la quatrième étape du travail (en anglais)

Bien différente du « baby blues », la dépression post-natale touche tout de même 1 femme sur 10.

Si elle en a éprouvé le désir, une maman qui met en place un allaitement et le poursuit pendant 4 semaines connait un risque réduit de 42% de dépression après son accouchement. D'autant plus grâce à la sécrétion d'hormones (comme l'ocytocine ou la prolactine) qui améliorent l'état émotionnel de la maman.

A noter : En revanche, sans que ceci soit un facteur déclenchant pour autant, le risque de dépression semble plus élevé chez les mamans qui souhaitaient allaiter mais n'ont finalement pas pu le faire.

D'où l'importance d'une bonne préparation et d'un bon accompagnement dès la grossesse !

Sources :
ALLAITEMENT MATERNEL: Il préserve aussi la mère de la dépression post-natale

Durant la grossesse, la maman a constitué une "petite" réserve de graisse prévue par Mère Nature pour lui permettre d'allaiter son bébé. Après l'accouchement, celles qui allaitent consomment cette petite réserve et retrouvent ainsi plus facilement leur poids de forme.

Par contre, inutile de vous dire que, sous prétexte que vous allaitez, il vous faut manger pour deux. Buvez beaucoup et mangez simplement à votre faim et surtout équilibré, c'est le plus important.

Sources :
AA 55 : Régime et allaitement

Selon plusieurs études, les mamans qui allaitent leur bébé souffrent moins de troubles de sommeil, dorment plus profondément et en moyenne 20 à 30 minutes de plus chaque nuit. Un vrai plus pour la récupération physique post-partum !

Et la qualité des nuits peut encore être améliorée si la maman a la possibilité de pratiquer le cododo avec bébé (en respectant certaines recommandations). En effet, il a été prouvé que le cododo, en plus de permettre à la maman de rester couchée et presque endormie, l'aiderait à synchroniser ses cycles de sommeil avec ceux de son bébé.

Sources :
L'allaitement augmente la durée du sommeil des nouveaux parents (en anglais)
Plus de sommeil pour la maman qui allaite
La lactation est associée à une augmentation du sommeil lent chez la femme (en anglais)
Le comportement d'allaitement nocturne est associé à plus de sommeil nocturne chez les mères pour la première fois à un mois post-partum (en anglais)

De nombreuses femmes qui ont allaité vous le diront (notamment celles qui ont rencontré de petites ou grosses difficultés) : mener à bien un projet d'allaitement est toujours pour la maman source de fierté, d'accomplissement et d'estime de soi.

Sa confiance en elle en est par conséquent également très souvent améliorée.

De nombreuses études démontrent qu'une maman allaitante est amenée à toucher davantage son nouveau-né, le garder de manière prolongée contre elle, le regarder très fréquemment...

De plus, la sécrétion d'ocytocine (aussi appelée "hormone de l'amour") étant boostée par les nombreuses et fréquentes succions du bébé, le comportement protecteur et maternel de la maman vis à vis de son tout-petit en serait d'autant plus renforcé.

Sources :
Allaitement maternel et lien d’attachement

Là encore, la nature étant bien faite et la maman étant déjà bien assez occupée avec un bébé à gérer, l'allaitement exclusif a pour avantage de retarder la réapparition des menstruations (aussi appelée "retour de couches") pour espacer naturellement les naissances.

La Méthode de l’Allaitement Maternel et de l’Aménorrhée* (MAMA), selon des conditions bien précises, permet de prolonger cette aménorrhée naturelle jusqu'aux 6 mois de bébé.

* Aménorrhée = absence de règles

Sources :
Contraception post-partum: la méthode de l'aménorrhée lactationnelle (en anglais)
Effet contraceptif de l’allaitement

A PLUS LONG TERME

La protection contre les risques de cancer est certainement le bénéfice pour la maman qui est le plus souvent mis en avant. Mais quel benéfice !

Chaque mois, chaque année d'allaitement réduit un peu plus chez elle les risques de développer un cancer du sein, des ovaires, de l'utérus et même de l'endomètre (muqueuse de l'utérus).

Sources :
L'allaitement maternel prolongé réduit le risque de cancer du sein chez les femmes sri-lankaises (en anglais)
ALLAITEMENT MATERNEL: Il réduit bien le risque de cancer du sein
CANCER de L'OVAIRE: Allaiter pour l'éviter
Allaitement maternel et risque de cancer de l'ovaire (en anglais)
Allaitement maternel et risque de cancer de l'endomètre (en anglais)
Obstétrique & Gynécologie : Allaitement maternel et risque de cancer de l'endomètre (en anglais)

Une étude a démontré avec assurance que les femmes ayant allaité leur bébé sont significativement moins exposées à un risque de développement de la maladie d’Alzheimer plus tard.

Et comme souvent, plus la durée d'allaitement est longue, plus la protection est importante.

Sources :
ALLAITEMENT: Allaiter réduit aussi le risque d'Alzheimer!
Alzheimer : l’allaitement au sein protège la maman

Dans la continuité de la grossesse et de la maternité, l'allaitement augmenterait "la taille des neurones dans certaines régions" du cerveau de la maman et produirait "des changements structurels dans d'autres".

Comme quoi, on se dit souvent qu'on perd des neurones une fois maman alors qu'en fait...

Sources :
La grossesse et la maternité modifient la structure du cerveau de la femelle mammifère (en anglais)

Parce qu'un allaitement exclusif suppose un stockage moindre de graisse autour des organes comme l'abdomen ou le coeur, le risque cardiovasculaire chez la maman allaitante est réduit.

Sources :
ALLAITEMENT : Il réduit le risque cardiovasculaire chez la mère
L'allaitement maternel et le risque de maladie cardiovasculaire maternelle (en anglais)
Antécédents d'allaitement et risques d'accident vasculaire cérébral chez les femmes pares ménopausées... (en anglais)

L'accouchement et l'allaitement supposent chez la maman une inévitable perte osseuse.

Mais bonne nouvelle, après le sevrage, la densité osseuse serait même améliorée par rapport à son état d'origine (même en cas d'allaitement long).

Pratique, les mamans allaitantes, et d'autant plus si l'allaitement est long et exclusif, bénéficieront d'une protection contre le risque de fracture (notamment du col du fémur) au moment de la ménopause.

Sources :
L’allaitement contre les fractures
À propos d'ostéoporose
Allaiter réduit le risque de polyarthrite rhumatoïde chez la mère
Rhumatisme : l'allaitement au sein protège la maman

Dès le premier mois d'allaitement, la maman bénéficie d'effets protecteurs sur sa tension artérielle et ce pendant des dizaines d'années.

Sources :
Allaitement et hypertension maternelle (en anglais)
Allaitement maternel et hypertension de la mère

Les mamans qui auront cumulé 15 mois ou plus d'allaitement au cours de leur vie présentent un risque plus faible de développer plus tard une sclérose en plaques.

Les mamans déjà atteintes qui allaitent leur bébé seront elles moins sujettes à des poussées pendant la durée de leur allaitement, en raison du recul du début du cycle féminin suite à la naissance.

Sources :
Allaitement, années ovulatoires et risque de sclérose en plaques (en anglais)
L'ALLAITEMENT ET LA SEP

Lorsqu'il est exclusif, l’allaitement maternel est associé de façon significative à une diminution du risque d’endométriose chez les mamans.

Sources :
Antécédents d'allaitement et risque d'endométriose incidente: étude de cohorte prospective (en anglais)

Les bienfaits de l'allaitement maternel au quotidien

LES BIENFAITS AU QUOTIDIEN

Les parents ne le réalisent en général qu'après coup, mais allaiter peut s'avérer bien pratique pour simplifier le quotidien à la maison.

Si vous n'êtes pas encore parents, vous ne connaissez pas encore le stress éprouvé lorsque bébé hurle parce qu'il a faim, très faim, et qu'il ne peut pas attendre une seule seconde de plus.

Si bébé est allaité, à tout moment de la journée comme de la nuit, n'importe où, il pourra suffire à la maman de dégraffer son soutien gorge pour lui proposer le sein. Pas besoin de prévoir plus de matériel (biberon, tétine au débit adapté...), l'avoir préalablement stérilisé et nettoyé, avoir avec soi du lait en poudre et de l'eau minérale, faire chauffer le lait...

Et puis, pas de problème de pénurie quand on allaite sereine et en confiance !

Bébé vient de manger, il dort paisiblement, le calme règne (à nouveau) à la maison...

L'un des avantages "matériels" de l'allaitement c'est qu'il n'y a alors "plus rien à faire". Pas de biberon à nettoyer puis stériliser. Pas de stock de lait à prévoir pour les prochains bibs.

Juste une petite goutte de lait maternel à déposer sur le téton pour l'hydrater et c'est fini !

Un accouchement, une maternité, ça épuise... Et devoir se lever la nuit (plusieurs fois) pour aller préparer un biberon... Ou négocier sans cesse au sein du couple pour savoir qui s'en chargera la nuit prochaine, ce n'est pas non plus un plaisir.

Alors, que diriez-vous de rester allongée pour allaiter bébé et vous rendormir paisiblement avec lui ? On appelle cela le "breastsleeping" (la tétée en dormant). Vos cycles de sommeil s'harmoniseront, vous serez vous aussi plus apaisée car avec bébé, il pourra reprendre le sein (et pas forcément pour manger) tout seul quand il éprouvera le besoin...

De nombreuses solutions existent pour ces tétées nocturnes : prendre bébé dans son lit (en respectant certaines recommandations), le lit cododo collé au lit conjugual, la tétée donnée sur un matelas posé au sol...

Sources :
Dormir, peut-être rêver...
Protocole ABM #6 sur le sommeil partagé et l'allaitement (à télécharger)

Bébé vient de tomber ? Il a eu peur ? A fait un mauvais rêve ? Ou a juste besoin de réconfort ?...

On ne le dit malheureusement pas assez aux futurs parents mais allaiter son enfant ce n'est pas seulement le nourrir. Loin de là !

Pour bébé, téter le sein de sa maman, c'est aussi se blottir contre son sein, au contact de sa peau, au chaud, entendre les battements de son coeur, retrouver cette odeur corporelle rassurante qu'il a connue pendant neuf mois, se sentir en sécurité, protégé.

Et là aussi, avoir ce "super pouvoir" toujours avec soi, à toute heure du jour ou de la nuit, pour une maman, ça n'a pas de prix... et même le papa en sera très fier !

Sources :
L'effet calmant d'une odeur de lait maternel sur le nouveau-né humain (en anglais)
Allaitement confort : pourquoi c'est bénéfique pour votre bébé (en anglais)

Le saviez-vous ? Le lait maternel est un liquide aux nombreuses propriétés magiques.

Il pourra par exemple s'avérer très efficace pour soigner l'eczéma, l'érythème fessier (les fesses rouges), les otites, le rhume, les conjonctivites, les croûtes de lait (croûtes qui apparaissent fréquemment sur le crâne de bébé), les coupures ou griffures, les petits boutons, les brûlures...

Ajouté à l'eau du bain de bébé, il lui assurera une peau toute douce et parfaitement hydratée.

Et pendant votre allaitement, une petite goutte de lait déposée sur votre téton en fin de tétée sera le meilleur des hydratants et cicatrisants.

Ce sont ceux qui ont eu le plaisir de profiter au moins une fois de la "bonne" odeur des couches de bébés qui valoriseront cet avantage.
Les selles de bébé allaités sont généralement peu odorantes voire inodores, plutôt liquides et "faciles" à nettoyer.

Et puis, nous l'avons vu dans les bienfaits pour bébé, moins incommodés, il sera moins sujet aux gaz.

De vraies bonnes nouvelles pour les parents !

Sources :
Le b.a.-ba du caca (un guide super pratique, avec photos !)

Les bienfaits de l'allaitement maternel pour le portefeuille

LES BIENFAITS POUR LE PORTEFEUILLE

Ils ne doivent pas être votre motivation principale pour allaiter. Mais quand on connaît le prix d'une boîte de lait, ce sont des arguments qu'il peut être intéressant de prendre en compte.

On ne va pas vous mentir, pour un allaitement, il y a tout de même souvent un petit budget de départ à prévoir.

Il sera par exemple pertinent de prévoir : • Dès la grossesse un rendez-vous avec un professionnel de l'allaitement >> Environ 60€/consultation (certaines mutuelles proposent de la prendre en charge. Renseignez-vous !)
• Et éventuellement quelques équipements ou accessoires qui pourront vous aider ou soulager pour certaines situations (petits maux, allaitement en public, reprise du travail...) >> De 50 à 100€ mais cela peut surtout varier selon les besoins (et envies) de la maman.

Mais une fois l'allaitement mis en place, il ne devrait pas y avoir de frais supplémentaires à prévoir les six premiers mois de bébé.

Dans le cas d'un bébé non allaité, en 2003, une étude a mis en évidence l'impact économique de l’allaitement artificiel pour un ménage. Ils estimaient à cette époque (et les prix ont depuis augmenté avec le cours du lait), six mois d'allaitement artificiel représentaient une dépense moyenne de 480€ (matériel, énergie, eau... compris).

Plus récemment, selon une étude Magic Maman, un bébé non allaité consommerait une moyenne de 21 boites de lait les 6 premiers mois de sa vie. A titre d'information, après comparaison, le prix moyen d'une boite de lait en poudre 1er âge est de 18€. Le coût du lait SEUL, représenterait alors de nos jours environ 380€ les six premiers mois.

Bien-sûr, ce ne sont que des chiffres mais il est intéressant d'en être conscient (notamment du prix d'une boîte de lait en poudre) le plus tôt possible pour faire ses propres petits calculs.

Vous avez pu parcourir les nombreux bienfaits de l'allaitement maternel sur la santé du bébé comme celle de la maman.

Et, cela va de soi, une meilleure immunité signifiera également :
Des économies sur les frais de santé de la famille à court, moyen mais aussi long terme,
• Et, on y pense moins mais cela a été démontré, moins de jours de congés à prendre pour garder votre enfant à la maison.



Sources :
Impact économique de l’allaitement artificiel

Les bienfaits de l'allaitement maternel pour la planète

LES BIENFAITS POUR LA PLANÈTE

Bien-sûr, inutile de culpabiliser si vous ne souhaitez pas allaiter ou que vous n'avez finalement pas allaité aussi longtemps que vous l'auriez voulu.
En revanche, ces informations pourront peut-être renforcer votre motivation ou vous donner une super raison (de plus) d'être fière de vous.

Les actualités, les messages de sensibilisation sur l'état de notre belle planète, les images de désastres climatiques... nous poussent chaque jour un peu plus à revoir nos modes de vie et nos modes de consommation, en harmonie avec la nature.

Quelle que soit votre position sur l'allaitement, dans notre société hyper intellectualisée ou tout doit être questionné, jugé ou débattu, il nous semble tout de même important de rappeler :
• Que l'allaitement maternel constitue l'une des pratiques les plus naturelles et universelles qu'il soit, offerte à chaque femme (ou mammifère femelle) par Mère Nature,
• Que le corps humain est incroyablement bien fait et que si vous avez confiance en lui, en vous, tout se passera pour le mieux !

Saviez-vous qu'1kg de lait en poudre nécessite 4 700 litres d'eau ?

Alors oui, si vous vous équipez un peu pour allaiter, vous ne pourrez certainement pas éviter une petite quantité de déchets (et ce malgré la démarche responsable de notre boutique en ligne).

Mais à part cela, objectivement, l'allaitement :
• Ne génère pas de déchet,
• Ne demande pas d'eau (ni pour la préparation du biberon ni pour la "fabrication" du lait avec l'élevage bovin),
• Ne consomme pas d'emballage (en métal, aluminium, papier ou plastique),
• Ne produit pas de CO2,
• Ne nécessite aucun site de production ni de transports,
• Ne demande pas de combustible ou d'énergie pour chauffer l'eau,
• Ne contient pas d'huile de palme comme certains laits dits diététiques...

Et rappelons-le, un allaitement ne suppose pas une plus grande consommation alimentaire pour la maman.

Sources :
Allaiter, un geste éco-bio-logique
CHANGEMENT CLIMATIQUE ET SANTE : Allaiter- geste éco-bio-logique

Là encore, grâce à l'immunité renforcée qu'entraînera un allaitement maternel pour le bébé comme pour la maman, à court, moyen mais aussi long termes, les dépenses de santé et la consommation de médicaments de la famille en seront considérablement impactées.

Et tout naturellement : moins de consommation de médicaments = moins de demande = moins de production !

Sources :
Médicaments : Quel impact environnemental ?

En France, l'allaitement maternel reste un sujet tabou, sensible, une pratique que l'on cache lorsqu'elle se poursuit au delà de 3 mois... Près de 90% des futures mamans s'interrogent sur l'allaitement au cours de leur grossesse mais taisent leur questions car elle ne voient pas d'autres femmes allaiter autour d'elles (en public ou même dans la sphère privée).

Ceci explique (en partie) pourquoi les taux d'allaitement sont chez nous parmi les plus faibles au monde !

En formulant son désir d'allaitement, en échangeant sur le sujet, en allaitant son bébé chez elle ou en promenade, en tirant son lait au travail..., une maman contribue à rendre cette pratique visible (même en le faisant très pudiquement) dans le "paysage" français.

Elle contribue à la banaliser, briser les tabous, changer les regards (notamment sur la fonction physiologique des seins) et encourager les échanges et partages autour de l'allaitement.

Sources :
Les chiffres clés de l'allaitement en France
Monitoring breastfeeding indicators in high income countries: Levels, trends and challenges (en anglais)

Si vous y prêtez attention, dans les livres pour enfants, les bébés sont (presque) toujours nourris au biberon par leurs parents. Dans les magasins, les poupées sont très souvent vendues avec un biberon.

Ainsi, si les enfants (et/ou leur fratrie) n'ont pas été eux-mêmes allaités, s'ils ne voient pas dans leur entourage des mamans donner le sein à leur bébé, ils ne peuvent pas s'imaginer qu'il existe des alternatives au biberon pour nourrir un bébé. Et cela pourrait avoir un impact sur leur vision de l'allaitement plus tard, notamment en tant que parents.

C'est partant de ce constat qu'une association anglaise a d'ailleurs imaginé tout un programme et des ressources pour évoquer l'allaitement maternel avec les enfants dans les écoles.

Sources :
Allaitement : Ressources pour les écoles (en anglais)

Là aussi, c'est en voyant de plus en plus de femmes (leurs femmes, leurs filles...) allaiter, être confrontées au manque de soutien et d'accompagnement, formuler des questions..., que les hommes (qui sont aujourd'hui de "nouveaux" papas, plus impliqués) prendront conscience du besoin de mesures pour soutenir les femmes dans leur projet d'allaitement.

Ce sont eux qui pourront également sensibiliser les pouvoirs publics (car le monde politique reste encore, quoi qu'on en dise, un milieu majoritairement masculin), en évoquant notamment les enjeux de santé publique et les importantes économies que l'allaitement pourraient générer à l'échelle nationale voire mondiale (voir bienfait suivant).

Bonne nouvelle ! En complément des fréquentes recommandations formulées par les associations depuis des années, le gouvernement Macron semble prendre conscience de la nécessité de nouvelles mesures pour les jeunes parents :
• Grâce à de nombreux échanges organisés avec des parents, professionnels et associations et souvent menés par Adrien Taquet, secrétaire d’État en charge de l’Enfance et des Familles (et papa), lui-même,
• Via le Rapport des "1000 premiers jours de l'enfant", rédigé en 2020 par une commission d'experts de la périnatalité et qui évoque très fréquemment l'allaitement,
• Via le Plan National Nutrition Santé 2021-2023 qui recommande également de nombreuses mesures visant à soutenir l'allaitement.

Sources :
Rapport “les 1000 premiers jours de l’enfant” : zoom sur l’allaitement
PNNS4 Programme National Nutrition Santé 2019-2023 : prise en compte de l’allaitement et des recommandations de l’OMS

Selon l'UNICEF et l'OMS, à l'échelle mondiale, « un investissement de 4,70 dollars par nouveau-né permettrait de :
Porter à 50% le taux mondial d'allaitement exclusif pour les enfants de moins de 6 mois d'ici à 2025,
Sauver la vie de 520 000 enfants de moins de 5 ans
Et générer 300 milliards de dollars de gains économiques sur 10 ans, grâce à la réduction des maladies et des frais de santé et à la hausse de productivité ainsi obtenue ».

Nous ne disposons pas des estimations pour la France seule mais cela donne tout de même une bonne idée de l'impact de cette pratique si naturelle sur l'économie et donc la société dans son ensemble.

Selon Anthony Lake, Directeur Général de l’UNICEF, « l'allaitement maternel est l'un des investissements les plus efficaces et les plus rentables qu’un pays puisse faire en faveur de la santé de ses plus jeunes habitants et de la santé future de son économie et de sa société ».

Sources :
L’insuffisance des investissements en faveur de l'allaitement nuit aux nourrissons et aux mères de par le monde
Soutenir la santé et la richesse des nations: le cas d'investissement pour l'allaitement maternel (en anglais)

Les bienfaits de l'allaitement maternel pour le plaisir

... MAIS AUSSI JUSTE POUR LE PLAISIR D'ALLAITER !

Ça aussi, on ne le dit pas assez aux futures mamans mais une fois l'allaitement mis en place, les tétées ne sont généralement (et ne doivent rester) que du pur bonheur.

Bien-sûr, la maternité est dans son ensemble une expérience incroyable à elle-même.

Mais, pour chaque enfant, lorsqu'une maman a souhaité initié un allaitement, qu'il soit exclusif ou mixte, très court ou très long, serein ou parsemé d'embûches... celui-ci reste tout de même une période de la vie de maman mémorable et à laquelle on repense généralement avec nostalgie mais aussi fierté.

Nous l'avons évoqué plus haut mais toutes les tétées ne sont pas seulement alimentaires, loin de là !

Et parmi les différents types de tétées, vous découvrirez certainement le grand bonheur des "tétées câlins". Ces petits moments de réconfort, pour bébé comme pour la maman. Ces petites "bulles" hors du temps. Ces pauses qui font tellement de bien, qui ressourcent, qui apaisent...

Bébé n'a pas faim, on ne sait même pas s'il mange vraiment. Il a simplement besoin de sa maman, de sentir sa peau, ses caresses, entendre son coeur, passer sa petite main dans ses cheveux, plonger son regard dans le sien...

C'est aussi ça l'allaitement. Et d'ailleurs, un allaitement long (ou non écourté) peut aussi n'être "que" ça et c'est très bien aussi.
Quel dommage de s'en cacher !

Aujourd'hui encore, l'allaitement long (ou "non ecourté") n'est pas bien vu ni même accepté en France.

Pourtant, où est le mal si le bébé comme la maman en éprouvent encore le besoin et ont la possibilité de le poursuivre ? Et surtout, que penser des mamans qui ne peuvent (ou ne souhaitent) pas maintenir un allaitement exclusif, qui ne proposent le sein qu'une seule fois par jour (le soir par exemple pour cette fameuse "tétée câlin") et qui le cachent à leur entourage ?

En France, pour la plupart des gens incommodés par cette pratique, il n'existe qu'un type d'allaitement long qui consiste à proposer le sein au delà de 3 mois, à toute heure du jour ou de la nuit. Aucune différence n'est faite entre les différents types d'allaitements que mettent en place les mamans, souvent tiraillées entre leur désir réel, ce que leur suggère leur entourage, leur rythme de vie, la reprise du travail...

L'Organisation Mondiale de la Santé recommande aux mamans qui le peuvent d'allaiter exclusivement jusqu'aux 6 mois de bébé puis en complément d'une alimentation "solide" jusqu'à ses 2 ans.

Mesdames, quel que soit votre allaitement et la façon dont il évolue, il reste une histoire intime avec votre bébé.
Soyez en fière ! Et surtout n'écoutez pas ceux qui croient savoir mieux que vous ce qu'il y a de mieux pour vous !