Sélectionner une page

NOUVEAU - URGENCE ALLAITEMENT, un professionnel "Expert" vous rappelle !

Troubles de l’oralité, freins restrictifs & allaitement maternel

En suite et complément de notre précédent article sur les liens existant entre orthophonie et allaitement maternel, Barbara Becker, orthophoniste et formatrice, nous explique ci-dessous ce que sont les troubles de l’oralité et surtout les freins restrictifs dont on entend de plus en plus fréquemment parler.

Depuis quelques années, dans le monde de l’allaitement, on entend fréquemment parler de « troubles de l’oralité ». De quoi s’agit-il exactement ?

Depuis quelque temps, on a un peu changé la dénomination « troubles de l’oralité » puisqu’aujourd’hui, on parle plutôt de « troubles alimentaires pédiatriques »

Le trouble alimentaire pédiatrique est un développement de l’alimentation qui est déviant. Il se repère sur des aspects qui vont être à la fois physiologiques, sensoriels, fonctionnels et comportementaux. Les impacts d’un trouble alimentaire pédiatrique se manifesteront au niveau de la quantité et de la diversité alimentaire.

C’est un trouble qui commence à être de mieux en mieux connu par les différents professionnels de santé et notamment dans le monde de l’allaitement. Mais, je pense que de nombreux progrès vont être faits dans les années à venir et que les choses continueront à évoluer dans la définition de ce trouble et de sa prise en charge.

Retour au sommaire

 

On entend aussi beaucoup parler de « freins ». Pouvez-vous nous expliquer ce que c’est ?

Un frein, c’est une apoptose (ou « mort cellulaire programmée ») qui est incomplète.

Je m’explique : durant le développement embryonnaire, un certain nombre de nos structures se développent sous forme d’une unité qui va au fur et à mesure se différencier. Il s’agit par exemple de ce qui se passe au niveau de nos mains puisque c’est l’apoptose des cellules situées entre nos doigts qui va petit à petit permettre de chacun les dissocier.

Il se passe la même chose au niveau de la langue. Au départ, elle est attachée au plancher buccal (qui est situé entre la langue et les gencives). Et c’est cette apoptose qui va libérer la partie mobile de la langue du plancher de la bouche. Il ne restera finalement qu’un petit bout de chair (ou frein), plus ou moins long et épais.

Les freins qu’on peut retrouver au niveau de la sphère oro-faciale et qui méritent d’être observés par des professionnels de santé et formés sont les freins de lèvres et les freins de langue.

Retour au sommaire

 

Qu’est-ce qu’un « frein restrictif » ?

Un frein restrictif est un frein court qui entraîne des restrictions de mobilité et de fonction

En ce qui concerne l’allaitement, il est bon de noter que, certes un frein restrictif peut avoir un impact sur celui-ci mais que c’est loin d’être toujours le cas.

Retour au sommaire

 

En cas de diagnostic de frein restrictif, est-il tout le temps nécessaire de le couper ?

Tout d’abord, il est normal d’avoir un frein et, comme je l’ai dit, ce frein peut être plus ou moins court.

La véritable question à se poser lors d’une observation est de savoir si ce frein est réellement restrictif et s’il empêche effectivement de réaliser des mouvements. Si c’est le cas, alors cela peut nécessiter une rééducation et parfois seulement une chirurgie (freinectomie ou freinotomie). Dans les faits, la chirurgie est assez rarement nécessaire, par contre la rééducation orthophonique l’est très souvent.

Quoi qu’il en soit, même en cas de chirurgie, la rééducation préopératoire est nécessaire. 

Chez le nouveau-né à la maternité, il est possible d’intervenir directement. En effet, les choses sont tellement « fraîches » et l’enfant si malléable à ce moment-là que le fait de couper ces petites brides va généralement permettre à l’allaitement de se mettre en place spontanément

Mais si l’enfant est un petit peu plus grand, même s’il n’a que quelques semaines, on n’intervient pas directement. Il a déjà commencé à se développer autour de cette restriction. Il est donc nécessaire de lui proposer une rééducation avant une éventuelle intervention.

Retour au sommaire

 

Existe-t-il des dérives liées aux freins restrictifs dans le milieu de l’allaitement maternel ?

Je le crains, oui

Ce qui est vraiment terrible, c’est que ces derniers temps j’ai plusieurs fois entendu ou vu des cas de petits patients qui avaient été opérés pour un frein restrictif de manière préventive. Les parents avaient alors rencontré des professionnels de santé qui leur avaient dit d’intervenir au plus vite au risque de voir des problèmes apparaître plus tard. C’est complètement faux ! On ne fait pas de chirurgie préventive sur un bébé et il est impossible de savoir s’il y aura des problèmes ou non plus tard. 

Je pense que la base de cette problématique est que l’on se retrouve aujourd’hui avec de très (trop) nombreux diagnostics de freins restrictifs (voire d’indications de chirurgie) effectués par des professionnels qui sont certes formés mais pour lesquels la sphère oro-faciale n’est pas le cœur de métier. 

Bien sûr, ces professionnels sont informés et/ou formés sur le sujet mais ils ne disposent pas de toutes les connaissances et de l’expertise nécessaires pour diagnostiquer si oui ou non le frein en question est restrictif. 

Retour au sommaire

 

À qui conseillez-vous de s’adresser en cas de suspicion de frein restrictif chez un nourrisson ?

En cas de doute, ce que j’ai tendance à conseiller aux professionnels avec lesquels je travaille (et il y en a effectivement un certain nombre qui est formé aux freins restrictifs), c’est d’envoyer les parents vers les orthophonistes pour les raisons que nous avons évoquées plus tôt.

En tant que professionnels de la sphère oro-faciale, nous disposons en effet de toutes les connaissances nécessaires pour : 

  • Réaliser un bilan complet de la sphère oro-faciale (qu’il s’agisse d’un nouveau-né, d’un enfant ou d’un adulte)
  • Évaluer si oui ou non il y a une restriction dans les capacités motrices et fonctionnelles de l’individu. 

Dans notre pratique au cabinet, nous sommes actuellement quatre orthophonistes à être particulièrement formées sur les freins restrictifs et à recevoir des patients de tout âge spécifiquement sur cette problématique-là.

Retour au sommaire

 

S’il ne devait y en avoir qu’un, quel serait votre meilleur conseil à l’attention des futures mamans qui se préparent à allaiter leur bébé à venir ?

Je leur donnerais un conseil qui émane aussi de mon expérience de maman. Je pense que le plus important c’est déjà de s’informer avant la naissance de l’enfant, notamment sur la physiologie pour comprendre comment fonctionne l’allaitement. Pas forcément dans les détails mais comprendre par exemple que sans stimulation il ne peut pas y avoir de production, etc. 

Il est aussi important de savoir que l’allaitement est quelque chose qui évolue dans le temps, de s’informer sur les potentielles difficultés etc. Cela peut être fait via des cours de préparation à la maternité, avec la sage-femme ou des professionnels formés en allaitement.

En ce qui me concerne, ce sont vraiment des choses qui m’ont beaucoup aidée en tant que maman.

Ce que j’observe auprès des mamans que je reçois dans mon cabinet c’est qu’effectivement, quand les mamans sont informées sur l’allaitement avant d’allaiter, elles gèrent les choses différemment. Elles savent plus ou moins à quoi s’attendre. 

Ensuite, je pense qu’il est bon de ne surtout pas hésiter à se faire accompagner. Si les parents en ressentent le besoin, l’accompagnement d’un professionnel formé va être très important, pour une éventuelle difficulté ou ne serait-ce que pour se rassurer ou vérifier que tout se passe bien.

 

Si vous disposez d’une baguette magique, que changeriez-vous en France pour faire progresser les taux d’allaitement maternel ?

Je pense qu’en France on ne fait pas assez de prévention de manière générale, notamment dans le domaine de la médecine. Il y a plein de choses aujourd’hui qu’on sait et qu’on pourrait utiliser pour mieux informer les parents concernant leurs enfants. L’allaitement en fait partie.

Aujourd’hui, les femmes ont encore une représentation de l’allaitement parfois faussée parce qu’elles manquent d’information. C’est dommage parce que peut-être que si elles étaient mieux informées, elles auraient davantage envie « d’essayer l’allaitement » (sauf bien-sûr si ça ne leur dit vraiment pas).

Enfin, je rencontre aussi de nombreuses mamans qui culpabilisent. Il y a une vraie pression aujourd’hui par rapport à l’allaitement. Finalement, je pense que nous ne sommes pas bons en communication autour de ce thème. Une bonne communication permettrait peut-être de faire en sorte que les femmes perçoivent l’allaitement comme une possibilité intéressante pour elles et leur bébé, mais sans forcément mettre de pression sur leurs épaules.

 

Un petit mot sur VanillaMilk ?

Je trouve que c’est une structure au service de l’allaitement qui est particulièrement intéressante.

Cette démarche de mettre en lien les parents avec des professionnels, d’avoir cette vision sans jugement justement, je trouve ça vraiment top !

Et bravo pour ce point d’honneur que vous mettez à ne recenser que les professionnels qualifiés. C’est vraiment une excellente démarche.

Retour au sommaire

Notre invité(e)

Barbara Becker

Orthophoniste

Jose Luis Garcia
Prestation Urgence allaitement VanillaMilk

Connaissez-vous VanillaMilk ?

Aujourd'hui, plus de 80 articles sont disponibles sur notre blog mais VanillaMilk, c'est avant tout une plateforme gratuite de mise en relation et d'information sur l'allaitement maternel qui propose aussi :

carte-vanillamilk

Un réseau bienveillant

Plus de 1 200 professionnels compétents, assos, lactariums... partout en France.

bienfaits-allaitement

Une liste des bienfaits

Pour le bébé, la maman, le quotidien... Un récap' complet pour un choix en conscience !

boutique allaitement maternel

Une boutique en ligne

L'essentiel de ce dont vous pourriez avoir besoin pour un allaitement facile et serein.

dico-allaitement

Un dico complet

Plus de 60 définitions simples des termes souvent compliqués de l'allaitement maternel.

...mais aussi d'autres contenus à retrouver sur nos comptes Instagram et Facebook !

Ces articles pourraient vous intéresser…