Orane : « L’allaitement : un lien presque magique avec bébé ! »

Orane, jeune bourguignonne de 2 enfants, nous confie son expérience de maman allaitante. Elle souligne l’importance de s’informer et d’être soutenue, les difficultés rencontrées mais aussi le côté épanouissant de l’allaitement.

L’allaitement : « J’essaie on verra bien… je n’aurai pas de regrets ! »

Bonjour, je suis Orane. J’ai un peu plus de 25 ans et un peu moins de 30 !

Je suis la maman de 2 enfants, en couple avec leur merveilleux et beau gosse de père. Je suis une hyperactive boulimique de la vie, installée au fin fond de la Bourgogne, dans la Nièvre. Infirmière de formation initiale, je suis en pleine reconversion professionnelle, en plus de mes deux bouts de chou en bas âge. Ils sont à l’origine de ces grands et beaux bouleversements et tout a commencé à la naissance de Gabrielle en janvier 2017.

Je suis tombée dans la marmite du lait maternel à la naissance de ma fille. Aussi, je me rappelle avoir dit durant ma grossesse « J’essaie on verra bien, je n’aurai pas de regrets ».

Pas de maman allaitante dans mon entourage proche, ni dans ma famille proche. Très naïvement, je m’étais brièvement renseignée et j’avais été très attentive à la séance avec la sage-femme. Je me suis sentie très soutenue grâce à elle, même si maintenant avec du recul et beaucoup plus de connaissances, tous ses conseils n’étaient pas idéaux.

Mais bref, je me sentais suffisamment armée et surtout je ne me mettais pas la pression. Le papa était investi et avait suivi la séance de préparation, je me sentais entourée.

Gabrielle a été un bébé qui tétait bien et ça nous a tellement aidés. Je n’ai connu aucune galère de crevasse ou de frein. Mais, elle souffrait de coliques…

 

Le lien créé grâce à l’allaitement, c’est “presque magique” !

Notre allaitement s’est bien passé, si on met de côté ces terribles et horribles pics de croissance. C’est ce que j’ai détesté par dessus tout. J’en venais à rejeter ma fille : je me sentais esclave, réduite à une vulgaire poitrine ambulante. Ça me rendait folle, j’étais épuisée. Je m’en souviens encore alors qu’elle a aujourd’hui 3 ans.

A ses 12 semaines, j’ai repris le chemin du travail. J’ai donc tiré mon lait jusqu’à ses 6 mois afin de l’allaiter exclusivement. 2 fois par jour au bureau et 1 fois le matin, le 2ème sein avant de partir. J’ai demandé un congé parental à 80% pour me faciliter la vie. Grosse arnaque… mais ça aidait à relancer la lactation et ça permettait de ne la mettre que 3 jours par semaine en garde.

Je m’étais fixé 6 mois d’allaitement comme objectif. J’ai tenu 9 mois et demi, où tout s’est stoppé très vite.

Nous avons vécu une confusion sein-tétine que je n’ai identifiée que bien plus tard, en continuant d’apprendre sur la lactation humaine. J’ai fait confiance à ma sage-femme, qui m’avait conseillé un biberon « reproduisant la succion au sein ». Je n’avais pas compris l’immense enjeu pour mon bébé derrière. Ce sevrage induit a coïncidé avec le début de ma deuxième grossesse. Je préfère le prendre comme un signe de la vie pour ne pas être trop fataliste. Cela m’a beaucoup appris pour mon deuxième allaitement, toujours en cours, mon fils a aujourd’hui un an.

J’ai donné et je donne à mes enfants, le meilleur que je fabrique mais en retour, eux me donnent tellement.

Ce lien créé durant les tétées est profond et puissant. Presque magique. Tel un radar, mon fils sent quand je rentre, en pleine nuit, alors que je n’ai pas encore passé le pas de la porte. Il réclame son câlin, 5 min et repart au pays des rêves jusqu’au matin. Je suis toujours aussi impressionnée, même après plus de 20 mois d’allaitement

 

Le petit conseil d’Orane…

Faites-vous confiance et ne vous mettez pas la pression, les ressources sont en vous.

Un allaitement perdure quand il est soutenu, c’est indispensable. Avec l’allaitement, je ne m’attendais pas à autant d’épanouissement, à découvrir tant de choses parallèles comme le portage, le peau à peau, la motricité libre, la communication non violente… Ça m’a ouvert à bien plus que « juste » nourrir mon bébé.

Vous avez aimé cet article ? Partagez-le !
Bannière Boutique VanillaMilk

Vous aussi, vous êtes une maman ou future maman ? Vous vous reconnaissez dans ce témoignage ?

Vous vous préparez à allaiter ? Vous êtes « en plein dedans » ? C’est de l’histoire ancienne ?

Peu importe, votre expérience vaut de l’or et d’autres mamans (ou papas) adoreraient la découvrir pour reprendre confiance, découvrir vos astuces, se sentir moins seul(e)s et démuni(e)s… !

Venez nous raconter votre aventure !

Essie

Modératrice

0 commentaires

Soumettre un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *