Connaissez-vous l’histoire des tire-laits dans notre pays ?

Aujourd’hui, le recours à un tire-lait, même s’il fait parfois peur, est de plus en plus facile et les modèles sont de plus en plus sophistiqués : manuels ou électriques, en version simple ou double pompage, adaptés à la taille et à la forme du mamelon, équipés d’un mode silencieux…

On ne l’imagine pas forcément, mais depuis son apparition, cet accessoire a incroyablement évolué.

Car finalement, vous êtes-vous déjà interrogé(e) sur les origines de cet appareil souvent perçu comme étant “peu sexy” ? D’où vient-il ? Quand et comment est-il apparu ? A quoi ressemblaient les premiers modèles ?…

Anne-Charlotte Bazoud travaille pour la seule et unique marque française de tire-laits Kitett®.

En 2021, à l’occasion des 70 ans de la société DTF medical (qui conçoit, fabrique et distribue les produits Kitett®), elle s’est plongée dans l’histoire de son entreprise et de l’allaitement pour créer un très joli musée qui présente les origines et l’évolution des premiers tire-laits en France… jusqu’à nos jours !

Dans cet article, elle a accepté de partager avec nous ses découvertes et de nous en apprendre plus sur l’histoire des tire-laits.

Bonjour Annez-Charlotte et merci de nous accorder cette interview. Pour commencer, pourriez-vous vous présenter en quelques mots ?

Bonjour ! Je m’appelle Anne-Charlotte Bazoud et je travaille pour la société DTF medical en tant que cheffe de produit.

DTF medical est une entreprise familiale, basée à Saint-Étienne, spécialisée en allaitement, aérosolthérapie et récemment en protection (masques et tests pour la détection du SARS-CoV-2).

Aujourd’hui, je vais donc revêtir ma casquette de cheffe de produit pour la marque Kitett®, qui est dédiée à l’allaitement maternel.

Pouvez-vous nous présenter la marque Kitett® et nous dire comment Kitett® est à l’origine du premier tire-lait en France ? 

 

Musée Kitett des 70 ans

La marque Kitett® a été développée par la société DTF medical et le musée qu’on a créé à l’occasion de nos 70 ans visait à retracer la vie de cette société

DTF medical a été fondé dans les années 50 à Saint-Etienne dans un environnement minier. À l’époque, le fondateur de la société, Emile Clair, s’intéresse aux problématiques rencontrées par les mineurs et notamment à une maladie pulmonaire : la silicose. 

Pour expliquer ce qu’est rapidement la silicose, c’est une maladie pulmonaire due au dépôt de poussière de silice (un oxyde acide) au plus profond du poumon. Cette maladie va générer la première idée de produit qui donnera naissance à la société de DTF : le premier générateur d’aérosol

Quel rapport existe-t-il entre ce produit, initialement destiné aux mineurs, et l’apparition du premier tire-lait ?

Le générateur d’aérosol est constitué d’une partie en verre (le nébuliseur) et, de l’autre côté, d’une pompe. Cet ensemble va permettre de transformer le médicament en gouttelettes qui iront se déposer dans le poumon. 

Et, aussi surprenant que cela puisse paraître, c’est en s’inspirant de ce principe que va naître l’idée du premier tire-lait.

générateur d'aérosol de DTF Medical

©Noémie Coquet

Je m’explique : dans le milieu minier des années 50, DTF medical est reconnu pour son savoir-faire et son expertise sur cette fameuse pompe qui souffle de l’air. A cette même époque, des médecins sont confrontés à des mères qui ne peuvent pas allaiter. Les raisons évoquées sont que leur enfant ne sait pas téter et/ou qu’elles souffrent d’engorgements.

Les équipes de DTF s’interrogent alors : si DTF est capable de faire des pompes qui soufflent de l’air,  il peut donc sans doute aussi créer une pompe inversée qui aspire plutôt que de souffler. C’est de cette idée qu’est né le premier concept de tire-lait et donc la marque Kitett®.

Premier tire-lait Kitett

Aujourd’hui, DTF est une entreprise dont le siège est resté à Saint-Etienne. 100% française et familiale. En effet, le dirigeant actuel n’est autre que le petit neveu du fondateur de la société.

 

Revenons aux “bases” : Qu’est-ce que ce produit au nom barbare et qui fait souvent peur aux futures et jeunes mamans, à savoir le « tire-lait » ?

Tire-laits Kitett

Quand on parle de “tire-lait”, un parallèle est souvent fait avec une machine à traire. En fait, ce n’est vraiment pas comme cela qu’il faut le voir.. Il faut vraiment considérer le tire-lait comme un accessoire qui vise à faciliter la vie des mamans et les accompagner dans leur projet d’allaitement maternel

C’est un produit que la maman peut utiliser pour différentes raisons et de manière ponctuelle ou prolongée.

Certaines mamans seront ainsi amenées à utiliser un tire-lait car leur bébé rencontre des difficultés pour téter. 

D’autres seront confrontées à des problèmes d’engorgements, de crevasses, de mamelons ombiliqués. Pour elles, à chaque mise au sein, l’allaitement ne se passe pas forcément très bien, est douloureux, etc. Elles peuvent alors avoir recours au tire-lait. 

On a également des mamans qui vont utiliser le tire-lait “en complément” des tétées pour maximiser leur production de lait car l’enfant n’a pas une succion assez efficace, ne va pas suffisamment au sein pour produire suffisamment de lait….

Il y a aussi des mamans qui vont utiliser le tire-lait quand elles ne peuvent pas donner leur sein en raison d’un traitement médical incompatible, si elles souhaitent se constituer un stock de lait en prévision d’une période de séparation avec leur bébé, si elles souhaitent passer la main au papa, dans le cas d’une reprise du travail… 

C’est vraiment un accessoire qui va aider la maman dans son projet d’allaitement et qui va permettre de vivre un allaitement confortable et surtout durable dans le temps.

A quoi ressemblait le premier tire-lait apparu en France ?

Comme je l’ai expliqué précédemment, le premier tire-lait électrique français est apparu sous notre marque Kitett® en 1953.

Le premier modèle était constitué d’une téterelle en verre qui était reliée à un système de pompe permettant l’expression du lait. Il était présenté dans une mallette rectangulaire, comme un petit “vanity case”. À l’intérieur, on pouvait apercevoir un moteur sous une carcasse métallique. C’était donc très industriel.

Tire-lait Kitett de 1953

Depuis 1953, comment a évolué le tire-lait ?

Quand on voit à quoi ressemblait le premier modèle, on se dit qu’heureusement, il a beaucoup évolué. (rires) 

Si on se réfère au premier tire-lait de la marque Kitett®, il avait été pensé pour apporter une solution médicale. Il s’agissait alors d’une téterelle unique et d’un moteur, présenté dans une mallette. 

Depuis les années 1950, son objectif reste de permettre l’extraction de lait, mais celle-ci se fait désormais de façon bien plus physiologique et confortable pour finalement viser un allaitement durable.

Tout d’abord, la téterelle a évolué. Au départ, il s’agissait d’une téterelle unique en verre (fragile mais favorisée pour des raisons d’hygiène), puis plus tard en plastique dur et encore plus tard d’une petite pièce souple qui venait se fixer sur une téterelle en plastique et ainsi bénéficier d’un contour plus doux.

Aujourd’hui, les téterelles sont beaucoup plus évoluées par la matière et par la forme mais aussi avec un concept multi-tailles. En effet, on s’est rendu compte que la taille de la téterelle avait une grosse incidence sur le confort lors de l’allaitement. Si elle est trop petite ou trop grande par rapport au mamelon, la maman va connaître des douleurs et cela va perturber son allaitement. Aujourd’hui, ce concept multi-tailles est largement reconnu par tous les professionnels impliqués dans l’allaitement et offre plus de confort aux mamans.

Ensuite, le boîtier électrique a lui aussi parcouru un long chemin. Au départ, il n’avait qu’une seule fonction et le tire-lait ne tenait finalement compte d’aucune courbe d’allaitement physiologique. 

Aujourd’hui, le tire-lait tient compte de 2 phases : une phase de stimulation et une phase d’expression. On est sur une succion beaucoup plus physiologique et plus proche de la succion naturelle de bébé, notamment avec cette phase de stimulation. Si l’on observe le bébé qu’on vient de mettre au sein, les premières secondes, il va avoir tendance à téter très rapidement car il a faim. Puis, une fois que le lait arrive, son rythme de tétées deviendra beaucoup plus lent.

Quels sont (rapidement) les différents types de tire-lait que l’on peut trouver aujourd’hui ?

De manière générale, il y a 2 grandes catégories. 

Tire-lait kolor-play Kitett

D’une part, il y a le tire-lait manuel qui est plutôt recommandé pour un usage occasionnel puisque c’est la maman qui va presser une poignée et que son utilisation peut donc vite devenir fatigante. On le conseille surtout en complément d’un autre tire-lait électrique.

Tire-lait mini kit solo Kitett

D’autre part, il y a le tire-lait électrique qui correspond à un usage beaucoup plus intensif. Aujourd’hui, le marché est assez large sur ce segment. On a des modèles qu’on va découvrir à l’hôpital et des modèles qu’on trouve en location ou à l’achat. 

Après, selon les besoins de la maman, il existe également des modèles de tire-lait en simple pompage ou double pompage, avec des réglages manuels ou automatiques, proposant un écran ou pas…

Enfin, pour répondre à une demande croissante des mamans, les récents modèles sont désormais beaucoup plus petits, plus compacts, nomades afin de les suivre dans leur vie active. Par exemple, notre dernier tire-lait Kitett® ne pèse que 200 grammes.

A-t-on raison d’avoir encore peur de recourir au tire-lait de nos jours ?

Peur, je ne pense pas.

Par contre, je me mets à la place d’une maman qui est enceinte de son premier enfant. Il est tout à fait normal qu’elle se questionne beaucoup sur le sujet car c’est un produit qu’on découvre pour la première fois après la naissance de son enfant, dans une période de la vie où il y a aussi beaucoup d’autres changements. 

Il ne faut pas en avoir peur car, au contraire, c’est un produit qui peut améliorer voire même, dans certains cas, sauver un allaitement. 

On est à un moment de bascule. Certaines mamans peuvent avoir peur d’utiliser un tire-lait du fait d’une mauvaise expérience personnelle passée ou d’un mauvais retour d’expérience d’une personne de son entourage, sa maman. Aujourd’hui heureusement, les industriels ont fait beaucoup de progrès, et les tire-laits sont très différents des modèles proposés il y a quelques années.

Autre évolution : avant, les mamans devaient souvent se débrouiller toute seule et ignoraient comment utiliser un tire-lait, voire ne l’envisageaient pas du tout. Aujourd’hui, il y a beaucoup de professions qui peuvent aider les mamans à allaiter : les consultantes en lactation IBCLC, les professionnels de santé titulaires d’un DU…

Une maman ne doit donc pas avoir peur du tire-lait mais elle ne doit pas non plus hésiter à se faire conseiller et accompagner si elle en a besoin, si elle rencontre un souci, en prévision d’une période de séparation, de sevrage…

S’il ne devait y en avoir qu’un, quel serait votre meilleur conseil à l’attention des futures mamans qui se préparent à allaiter leur bébé ?

Il faut qu’elles se renseignent bien et qu’elles se préparent avant la naissance

Souvent, une des petites erreurs commises est que, quand on est enceinte, on a peut-être tendance à croire que l’allaitement maternel est simple et naturel, qu’il va se mettre en place tout seul. Heureusement, cela peut être vrai pour certaines mamans. Mais pour d’autres mamans, un petit souci, un petit grain de sable peut mettre en péril tout leur projet d’allaitement maternel. C’est très dommage car si elles sont informées avant, elles peuvent, en cas de souci, vite réagir et du coup s’épanouir dans leur allaitement.

Si vous disposiez d’une baguette magique, que changeriez-vous en France pour faire progresser les taux d’allaitement maternel ?

Déjà, le bon point que j’aimerais souligner est qu’on a quand même franchi un cap en France : aujourd’hui, j’ai le sentiment que, dans la tête de tout le monde, l’allaitement maternel possède des bienfaits, à la fois pour bébé et pour maman. Je crois que les futures mamans en sont vraiment conscientes, ce qui n’était peut-être pas forcément le cas il y a encore quelques années. Donc ça c’est vraiment chouette. 

D’ailleurs, cela se traduit dans les pratiques de l’allaitement. Quand on questionne les futures mamans si elles veulent allaiter ou non, on a une très grande majorité qui expose leur souhait d’allaiter. Le problème est que même si elles veulent allaiter, elles arrêtent finalement très vite. 

Je pense que si j’avais une baguette magique, ce serait sans doute pour mettre en place un système qui offre plus de soutien et d’accompagnement à ces mamans pour que, justement, leur allaitement ne soit pas arrêté à cause d’un tout petit souci

On ne devrait pas laisser les mamans seules dans leur allaitement.

En France, je pense qu’elles n’arrêtent pas par choix mais plutôt par contrainte, par manque d’informations, de conseils, de support. Si on arrivait à apporter ces informations et ce soutien au bon moment, je pense qu’on pourrait avoir un taux d’allaitement qui augmente dans notre pays.

Un petit mot sur VanillaMilk ?

La transition est parfaite avec ce qu’on disait à l’instant. (rires) 

Tout d’abord, chez DTF medical et au nom de toute l’équipe, j’aimerais dire que nous sommes très fiers d’être partenaire de la première heure de VanillaMilk

J’en profite aussi pour mettre en lumière deux autres acteurs incontournables du monde de la maternité et de l’allaitement que nous sommes également très fiers de soutenir : SOS Préma et l’Association Des Lactariums de France (ADLF).

Comme je le disais précédemment, nous croyons sincèrement que si les mamans étaient mieux informées et entourées sur la thématique de l’allaitement maternel, on arriverait à faire évoluer le taux d’allaitement maternel et, finalement, la durée de l’allaitement. 

Avec VanillaMilk, vous avez une très belle position, c’est-à-dire que, grâce à cette plateforme, vous offrez ce service aux mamans pour avoir toutes les cartes en main, pour mieux s’informer, pour dialoguer avec d’autres mamans ou avec des professionnels. 

En résumé, le site permet vraiment aux mamans de ne pas rester seules avec toutes leurs questions autour de l’allaitement. Vous avez une très chouette (même si difficile) mission à remplir qui peut vraiment avoir un impact sur le taux d’allaitement et l’épanouissement des mamans dans leur maternité. »

>> Retrouvez tous les tire-laits et accessoires de la marque Kitett® sur leur site internet.

Liens utiles

Site internet de Kitett® : kitett.fr

Site internet de DTF medical : dtf.fr

Suivre la marque sur :

– Youtube : La Diffusion Technique Française
– Facebook : Kitett

Anne-Charlotte Bazoud sur LinkedIn : linkedin.com/anne-charlotte-bazoud

Association « SOS Préma » : sosprema.com

Carte des lactariums de France : carte

Association Des Lactariums de France : association-des-lactariums-de-france.fr

Connaissez-vous VanillaMilk ?

Le site gratuit de mise en relation et d'information sur l'allaitement maternel qui propose entre autres :

carte-vanillamilk

La carte du réseau

Pour trouver des pros formés en allaitement, des assos, des lactariums... partout en France.

bienfaits-allaitement

La liste des bienfaits

Pour le bébé, la maman, le quotidien... Un récap' complet pour un choix en conscience !

boutique allaitement maternel

La boutique en ligne

L'essentiel de ce dont vous pourriez avoir besoin pour un allaitement facile et serein.

dico-allaitement

Le dico

Des définitions simples aux termes souvent compliqués de l'allaitement maternel.

Rejoignez-nous sur Instagram et Facebook !

Ces articles pourraient vous intéresser…

Vous avez aimé cet article ? Partagez-le !